Le Courrier Médical et Psychiatrique de Kinshasa

RECUPERATION DES MALADES MENTAUX ERRANTS DANS LA VILLE DE KINSHASA - Projet -

UNIVERSITE DE KINSHASA

                      

 

FACULTE DE MEDECINE

-          CNPP    -

 

 

 RECUPERATION DES MALADES MENTAUX ERRANTS DANS LA VILLE DE KINSHASA

 

 

Kaswa K. J.

 

 

 
   

 

TABLE DES MATIERES

 

  1. INTRODUCTION

 

5                                                                                    

1.1.Problématique

 

                                                                                      1

1.2.  But

 

                                                                                      3

1.3.Définition

 

3

1.4.Ampleur

 

                                                                                      4

1.1.1.        Impact        

 

                                                                                      4

1.1.2.      Coûts économiques pour la société

 

                                                                                      5

1.1.3.      Incidence sur la qualité de la vie

 

                                                                                      5

1.5. Statistiques 

                       

6  

1.6. Causes

 

                                                                                      7

1.6.1.      Pauvreté

 

                                                                                      7

1.6.2        .Milieu socio-économique

 

                                                                                      7

1.6.3         Sexe

 

                                                                                

 7

1.6.4. Conflits et catastrophes

 

                                                                                      7

1.6.5. Maladies physiques graves

 

                                                                                      8

1.6.6. Contexte social et familial

 

                                                                                      8

1.6.7. Facteurs biologiques

 

 

 9

1.6.8. Facteurs psychologiques

 

                                                                                      9

1.6.9. Facteurs sociaux

 

                                                                                      9

1.7.  Troubles courants

 

11

1.7.1. Troubles dépressifs

 

                                                                                   11

1.7.2. Troubles liés à l'utilisation de substances

 

                                                                                   11

1.7.3. Schizophrénie

 

                                                                                   13

1.7.4.Epilepsie

 

13

1.7.5.Maladie d'Alzheimer

 

                                                                                   14

1.7.6. Retard mental

 

                                                                                   14

 1.7.7.Troubles de l'enfance et de l'adolescence

 

                                                                                   15

1.8.Comorbidité

 

                                                                                   15

1.8.1.Suicide

 

                                                                                   15

1.8.2. Stigmatisation

 

16

1.8.3. Le droit à la dignité

 

                                                                                   16

1.9. Contexte

 

                                                                                   17

1.10.Bénéficiaires

 

                                                                                   18

  1. II.                 HYPOTHESE

 

                                                                                   19

  1. III.              OBJECTIF 

 

                                                                                   19

-          Général

 

                                                                                   19

-           Spécifiques

 

                                                                                   19

  1. IV.              RESSOURCES

 

20                                                                                  

  1. V.                 PERSPECTIVES

 

21                                                                                

 REFERENCES

 

                                                                                   22

 ANNEXE I : GLOSSAIRE

 

24                                                                                 

 ANNEXE II : PHOTOS

 

25                                                                                 

 

 

 

 INTRODUCTION

 

1.1. Problématique

 

Si la promotion d'une bonne santé mentale chez tous les membres de la société est manifestement un objectif important, il reste encore beaucoup à apprendre sur la manière d'y parvenir. Lorsqu’il vous arrive de dire dans votre entourage que vous n’avez pas dormi parce que vous aviez mal au ventre, vous allez voir que tout le monde va s’apitoyer sur vous. Ajoutez un peu que cette maladie n’a pas été détectée à l’hôpital et n’a pas été prise en compte ; vous aurez autour de vous des cris d'indignations comme "c'est inadmissible de ne pas s'occuper de cette maladie, quelle société pourrie !" 

 

Dites encore à vos amis : "j’ai un trouble mental, j’entends des voix, mon corps sens mauvais, je suis à la lune " et vous allez voir à quelle vitesse va se créer le vide autour de vous. Ils ne vont pas vous déranger pour cela, soyez tranquille, par contre dans votre dos, les discussions sur vous vont pleuvoir : "ça ne va pas non ! " "Quelque chose ne marche pas dans sa tête, voilà un bon candidat pour le CNPP".

 

La société appelle "fou" tout malade mental.

Aujourd’hui la ville de Kinshasa ne sait plus où donner de la tête. A peine que vous faites deux kilomètres, votre regard doit croiser des personne bizarres, toutes sales, à demi-nues parfois bien surchargées, déambulant le long des artères. Durant cette période des grandes chaleurs,  elles sont nombreuses  en vagabondage dans les espaces verts, dans les abribus, presque dans toutes les rues et le long des boulevards. On les voit instables et parfois agitées, certaines même agressives et dangereuses  pour les piétons. Quel spectacle désolant et désagréable ! 

Vous avez certainement bien compris, il s’agit des malades mentaux errant dans la ville de Kinshasa. L’évasion de ces malades, la déambulation et la divagation inquiète la population et les autorités. La maladie mentale fait peur ; elle encore tabou et non acceptée par la société, reniée presque par tout le monde parce qu'elle est symbole de honte pour beaucoup de familles. Souvent, elle est associée, à tort, à une faiblesse, à une perte de contrôle ou encore à des événements pénibles mais spectaculaires, lesquels sont souvent mal médiatisés. 

 

Et pourtant, il s’agit bien là des personnes malades qui souffrent de maladie mentale. Ne l’oublions pas, le comportement humain est en partie déterminé par les interactions avec l'environnement naturel ou social qui peuvent avoir pour l'individu des conséquences favorables ou indésirables. Une personne, en principe, a davantage tendance à adopter les comportements les plus gratifiants socialement que ceux qui sont ignorés ou sanctionnés par son milieu. Les troubles mentaux et du comportement peuvent donc être considérés comme un comportement inadapté acquis, ­au cours de l'existence, naturellement ou par l'observation d'autrui.

Ces malades posent un réel problème de prise en charge dans la mesure où elles ont souvent besoin de médicaments ou d'un foyer d'accueil. Elles souffrent psychologiquement de l'isolement et de l'abandon par les leurs à cause de la méchanceté et du mépris qu’ils affichent envers elles ; cet état d'abandon est parfois source de retard dans leur guérison ou de rechute.  Ainsi, seule la rue est encore en mesure d’accueillir cette catégorie sociale. Pourtant, des interventions efficaces existent aujourd'hui pour toute une série de problèmes de santé mentale. Sinon, quel drame, quel manquement à  l'un des plus épineux problèmes des droits de l'Homme ! Dans ce phénomène des malades errants, Les parents ont leur part de responsabilité. 

 

Face à la recrudescence des agressions perpétrées par des malades mentaux errant dans la capitale, le Ministère de la santé Publique est monté au créneau pour exhorter les experts en santé mentale à adapter les infrastructures d’accueil pour la prise en charge de ces malades à sociabilité réduite qui participent au climat d’insécurité dans la ville de Kinshasa. A cause de toutes ces insuffisances, le Ministère de la Santé Publique voudrait initier quelques actions et tracer des perspectives en vue d'une meilleure prise en charge des malades mentaux.

C’est vrai, ne nous voilons pas la face, la maladie mentale n'est pas permise ni autorisée à travers le monde ; c'est une maladie grave du fait des conduites impulsives, autodestructrices, d'abus de substance et de risque très élevé de suicide alors que des traitements existent. Néanmoins les structures pour les soins existent et la prise en charge doit être réévaluée.

 

A l'image d'autres secteurs, la santé mentale est confrontée, selon l'autorité de tutelle, aux mêmes problèmes qui minent le secteur sanitaire dans notre pays, à savoir, les difficultés de prise en charge consécutives au budget modeste alloué pour ce secteur au Ministère de la Santé Publique. Dans tous les cas nous devons en parler, sans tabou ni gène, car les maladies mentales sont des pathologies comme les autres. Malheureusement les blessures de l’âme demandent plus de moyen comme elles ne sont pas toujours décelables et diagnostiquées. 

Il faut accompagner ces malades, les encadrer, les suivre parce qu’ils restent néanmoins des humains. Nous devons savoir que personne n’a demandé à être malade, à l'exception de ceux qui le deviennent du fait des stupéfiants, nous sommes tous des malades potentiels ; personne ne peut se dire qu’il en est à l’abri. Aujourd’hui, lorsque nous parlons des troubles mentaux, nous devons le faire avec notre cœur en sachant que nous nous situons à un niveau donné de la chaîne dont la santé n'est qu'un maillon. Des efforts doivent donc être faits à tous les niveaux et nous comptons sur les communicateurs pour nous aider à sensibiliser chacun de ces niveaux: le gouvernement, les parents, les jeunes qui s'abandonnent aux stupéfiants ou à l'alcool et les personnels de santé eux-mêmes dont certains ne prennent pas parfois leur tâche à cœur.

 

Le système de sécurité sociale est encore rudimentaire, peut-être même inexistant dans notre pays. Pour les malades mentaux errant dans cette grande ville, parce qu’ils peuvent être soignés et souvent guérir, leur prise en charge demande la coordination des efforts d’une police de secours aux malades mentaux, des Ministères de l’Intérieur, des Affaires Sociales et de la Santé Publique. Il ne faut pas abandonner les malades mentaux ; ce sont des personnes qui peuvent encore apporter beaucoup à la société. A défaut d'un soutien social suffisant, la misère peut survenir rapidement parce que les troubles mentaux vont provoquer des incapacités graves et durables, y compris l'inaptitude au travail.  

 

C’est vrai, les maladies mentales sont un problème majeur de santé publique et aussi une priorité des pouvoirs publics, en partie à cause de leur incidence élevée, mais aussi à cause de la quantité incroyable de ressources qui sont utilisées pour les traiter, même si tout le monde s’entend pour affirmer que ce n’est pas assez.

S'il reste encore beaucoup à apprendre et à faire, il est maintenant clair que nous possédons les connaissances et les moyens nécessaires pour réduire sensiblement la charge de morbidité imputable aux troubles mentaux et du comportement dans notre pays.    

  

1.2. But

 

Le but de cet  projet est de mettre à la disposition de notre Ministère de la Santé Publique des éléments pour aider le Pouvoir publique à :

-          maîtriser le nombre important de ces malades errant dans la ville en les récupérant pour une prise en charge médicale dans un centre spécialisé.

-          de réduire la souffrance tant soit peu des personnes atteintes et celle de leurs proches qui semblent vivre  dans l’abandon et sans soutien.

 

 

 

  livre sur Scribd

 

 

 

http://www.scribd.com/doctakaswa 

         

 

 Dr KASWA KASIAMA Jean

    

           Neuropsychiatre 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                



17/07/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 90 autres membres