Le Courrier Médical et Psychiatrique de Kinshasa

LA CONCEPTION DE LA MALADIE MENTALE A KINSHASA

 

La conception de la maladie mentale à KINSHASA

Mémoire de spécialisation

1982

RESUME

 

Le but de ce travail était de rechercher une explication sur le phénomène de rejet du malade mental par le public de Kinshasa.

 

Une enquête par sondage a été effectuée du 6 juin 1981 au 13 janvier 1982 sur une population de 980 personnes, choisies dans certaines sociétés de la place.

 

L’idée maitresse qui se dégage des résultats, c’est que sur le plan de la compréhension et de l’explication, le trouble mental n’est pas une maladie, mais une résultante des tensions et des pressions de la société ; ses causes ne peuvent provenir que de la dite société. Sur le plan de comportement envers le ”malade mental” l’attitude de la communauté reste la stigmatisation, le rejet et l’abandon du patient aux mains du psychiatre, dans un hôpital Psychiatrique, afin de calmer les symptômes.

Kaswa K J

 

La conception de la maladie mentale a Kinshasa

Mémoire de spécialisation

1982

DEDICACE

 

Ce travail est dédié :

 

A mes enfants, à leur mère,

A toute ma famille

A cause d’énormes sacrifices auxquels ils ont consentis des années durant et du climat favorable qu’ils m’ont offert dans l’accomplissement de cette œuvre.

 

Que le TOUT PUISSANT leur offre alors aujourd’hui un avenir meilleur.


REMERCIEMENTS

 

Tout au long de mon séjour au Centre Neuro-Psycho-Pathologique, j’ai toujours été vexé et révolté devant l’attitude dédaigneuse de notre population envers le malade mental.

 

J’ai alors eu l’impression, que le psychiatre et son patient ne sont pas encore bien compris en ce siècle par ceux qui les entourent. Les déclarations de notre entourage ont souvent été décevantes.

 

C’est cela qui va me pousser à fouiller ce domaine vaste qui est la conception de la maladie mentale.

 

Ce travail n’aurait pas eu lieu sans la persévérance du professeur KINSALA qui, malgré ses innombrables occupations, a sacrifié parfois des weekends entiers pour rester à côté de moi.

 

Les professeurs DECHEF, MPANIA, SHAKO, MANGONI et le Docteur KAZADI, ne m’ont jamais refusé l’audience. Par leurs critiques, parfois acerbes, et par les moyens mis à ma disposition, ils ont énormément contribué à la réalisation et à la qualité de ce travail. Que tous ces hommes de sciences trouvent ici l’expression de ma sincère gratitude.

 

Je ne pourrai cependant pas oublier le Professeur KASHALA de la Santé Publique, MUSALAMPASI et le Professeur NGOMA de Sociologie pour la part qu’ils ont apportée dans la correction de la méthodologie et de la présentation des résultats.

 

Les sections de sociologie et de psychologie, l’unité des statistiques du Centre Neuro-Psycho-Pathologique sont les équipes qui me sont restées fidèles, dès le début de ce travail et lors de différents déplacements, afin de mener mes enquêtes, parfois dans des conditions très pénibles. Par leur endurance et leur fermeté, ils ont beaucoup apporté à la crédibilité et à la rigueur de cette étude.

 

C’est finalement grâce à l’habilité de notre vieil ami MUPITA, dactylographe de première force, que la présentation de cette œuvre a été rendue agréable.

 

A toutes ces personnes et à celles que nous avons oubliées, je dis grande merci.

 

 

Dr. KASWA KASIAMA JEAN

 

Contact: +243997136894

 

E-mail : doctakaswa@yahoo.fr

 

Web : http://kaswa.blog4ever.com  

 

lire mémoire sur http://www.scribd.com/doctakaswa

 


 

 

 

 



19/06/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 90 autres membres